« Couple »
de Gilles Gaston-Dreyfus

Du 3 au 28 février 2016

Une réussite

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection février 2016-

Qu’est-ce qu’un couple sinon un vilain monstre à deux êtres ? Gilles Gaston-Dreyfus, compatriote de l’absurde, nous offre une comédie cruelle sur la vie à deux. 


C’est pas une cochonnerie de dire qu’on est mouillé, quand on prend une douche aussi on est mouillé.
©  Giovanni Cittadini Cesi

©  Giovanni Cittadini Cesi


La pièce en bref

Dans cette dernière création, Gilles Gaston-Dreyfus nous propose une variante savoureuse sur la définition du couple. Peut-on vieillir en attendant de mourir main dans la main sans lutter jusqu’à la mort contre l’irrépressible envie de s’entretuer ? En partageant la scène avec Anne Benoît, GGD (diminutif pour « Gilles Gaston-Dreyfus » car nous trouvions que c’était plus rapide et plus court d’écrire GGD à la place de son nom entier mais en fin de compte c’était peut-être plus simple d’écrire directement son nom entier) nous embarque dans une fantaisie du quotidien où chaque réplique résonne avec férocité dans l’intimité de la vie à deux. Le spectacle s’ouvre sur un canapé dans lequel ils attendent côte à côte on ne sait trop quoi. Un procès ? Peut-être un divorce ? La même scène est jouée à plusieurs reprises à quelques variantes près, titillant ainsi un surprenant comique de répétition. Au moment où l’on risque de se lasser de ce petit jeu,changement de décor. Les deux rentrent dans leur appartement, critiquant la scène loufoque à laquelle ils viennent d’assister. Partant de cette mise en abîme d’eux-mêmes, des bribes de paroles font naître une conversation entre les deux personnages. La traditionnelle crise du couple s’empare de la pièce pour en faire un néo-boulevard absolument génial.

Sans jamais succomber au moindre cliché sur cette thématique glissante, le texte de Gilles Gaston-Dreyfus nous sert une tornade de répliques ahurissantes et nous provoque inéluctablement un fou rire à glotte déployée. Difficile de pas tomber amoureux d’Anne Benoît et de sa voix, qui représente à elle seule un délice pour l’ouïe. Quant à GGD, si on ne l’avait pas encore érigé en pilier de l’humour absurde, c’est l’occasion de rendre à César ce qui est à César (enfin à Gilles du coup, parce que César était quand même moins rigolo).  


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le texte, qui nous a fait baver de rire.
  • La voix d'Anne Benoît.
  • Les lunettes de GGD.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les saluts. Parce que ça voulait dire que c’était fini.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Votre conjoint(e) pour vos noces de mercure
  • Un premier rendez-vous

Allez-y si vous aimez

  • Les bons dialogues
  • La grammaire de l'absurde

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Gilles Gaston-Dreyfus

Dates
3 au 28 fév. 2016

Horaire
20h30 (mar-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h10

Adresse
Théâtre du Rond-Point
2 bis av. Franklin Roosevelt
Paris 8

Avec
Anne Benoît, Gilles Gaston-Dreyfus

Prix
-30 ans : 16€
+30 ans : 29€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !